L’intime est politique

Je me baladais sur Twitter quand soudain, je suis tombée sur ce tweet « Je n’ai jamais compris l’utilité de crier son identité sexuelle partout. T’es hétéro, bisexuelle gay…qu’est-ce qu’on en a à foutre ? ». Ça m’a rappelé un essai féministe sur le MLF (Mouvement de libération des femmes) sur la réflexion sur la relation entre le politique et le privé. Je voulais montrer pourquoi le privé est politique et pourquoi le personnel doit être utilisé comme revendication politique.

« The personal is political »

« The personal is political » ou « The private is political » est un slogan politique issu des mouvements de libération des femmes des années 1960 et 1970, caractéristique de la deuxième vague féministe. Ce slogan est fort. Avec, les féministes ont bousculé leur combat ainsi que celui du mouvement ouvrier, plus traditionnel.

Avant ça, la question des femmes avait été posée par la première vague féministe pendant la IIIe République. Toutefois celle-ci était limité : les suffragettes notamment revendiquait le fait d’entrer dans la sphère politique avec les droits politiques, et publics. Il y avait une hiérarchie entre les hommes et les femmes qui les répartissaient entre le privé pour les femmes et le public et le politique pour les hommes. La première vague féministe a permis aux femmes d’entrer dans la sphère publique, en obtenant le droit de vote, le droit à une carte d’identité et le droit d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de son mari.

Ce slogan a été révolutionnaire. Bonnie J. Dow, professeure américaine en communication, études de genre et Women’s studies, qu’il signifie que les problèmes individuels des femmes sont le résultat de leur statut politique de classe opprimée.

Pour aller plus loin, il signifie donc que les problèmes politiques et personnels s’influencent mutuellement et que l’expérience personnelle des femmes ont fondé le féminisme, un mouvement qui est donc à la fois politique et personnel. Ce slogan donne presque une méthode pratique à la théorie féministe : il faut commencer par prendre conscience des problèmes récurrents dans son expérience personnel et passer de là aux problèmes et dynamiques systémiques, plus larges, qui peuvent expliquer puis résoudre ces problèmes personnels.

Dans l’anthologie Notes From the Second Year, Carol Hanish publie un essai : “The Personal is Political” en 1970. On la crédite donc souvent de la création de cette expression. Toutefois, en 2006, elle confie qu’elle n’a pas proposé le titre, qui provenait en fait des éditrices de l’anthologie ; Shulmith Firestone et Anne Koedt. Cette citation était en réalité largement utilisée dans le mouvement de libération des femmes, et ne pourrait pas être attribuée à une seule personne.

Les femmes ont pris conscience que leur sexualité, leur corps, leurs émotions, leurs vécus en somme, étaient traversées tout au long de leur vie par des rapports de forces, construits socialement ce qui signifie qu’ils sont politiques, et qu’il est possible de changer.

Des prises de consciences continuelles

Il y a eu un déclic, une prise de conscience globale. Les féministes à travers le monde avaient trouvé l’expression qui exprimait leur vécu, et leurs aspirations. Les évènements qu’elles pensaient être personnels, comme les oppressions sexistes, ou les violences sexuelles, les avortements, étaient des évènements qui traversaient la vie de tant de femmes. Et ce n’était plus simplement personnels. C’était une réalité collective, la réalité des femmes en tant qu’opprimées, une réalité qui avait été construite dans notre société, et qui ne constituait pas une fatalité.

Le Mouvement de Libération des Femmes ont participé à la création d’une conversation profonde sur le quotidien des femmes. Le partage des tâches domestiques par exemple, n’était en réalité que l’expression de violences sexuelles et sexistes. Dès lors, depuis ce déclic, les paroles se sont libérées, et par le témoignage, nous avons décelé peu à peu toutes les situations découlant d’un sexisme institutionnalisé, et ce jusqu’à aujourd’hui et surtout jusqu’à demain et au surlendemain. Plus récemment les paroles se sont déliées autour des injonctions gynécologiques injustifiées, les violences médicales envers les femmes, le féminicide, les agressions sexuelles…Ce bouleversement est considérable et le mouvement #MeToo, et les revendications féministes actuelles n’auraient pas été envisageables sans les progrès qui ont été fait en 1968.

Toute expérience personnelle commune est politique

Les féministes de 1968 ont intégré la question des femmes, à un débat jusque là sur le capitalisme et ont montré ce qu’était censé être une politique sociale et progressive. Les sujets qui touchent à l’intime, au corps et aux identités de genre ont enfin été réfléchi dans des termes politiques, en passant par le témoignage, le questionnement collectif et le combat.

Dès lors, la prise de parole sur des expériences, d’une vie tout entière est importante, et cette méthode pratique est applicable aux autres revendications de minorités. Le mouvement queer, trouve également une origine dans la critique de l’oppression hétérosexuelle, et de la domination masculine. Les rapports de force entre les hommes et les femmes, ont beaucoup à faire dans les rapports de force selon l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. Il y a beaucoup de stéréotypes ou d’oppressions qui proviennent du sexisme même si évidement, le mouvement LGBT à sa propre histoire et ses propres oppressions qui s’éloignent de celle des femmes.

Alors voila, revendiquer son orientation sexuelle ou son identité de genre est un combat politique encore aujourd’hui, c’est une prise de parole, un témoignage politique. Si certain perçoit cela comme quelque chose de personnel, ils sont en tort car c’est un acte purement politique. La loi permet encore beaucoup de discriminations que ce soit pour la question LGBT ou raciste. Ainsi, les oppressions personnelles sont encore plus nombreuses et le partage de l’intime pourrait faire changer les choses, de la même façon que la parole s’est ouverte sur la question des femmes. Bien qu’on soit d’accord, c’est des changements de loi dont on a besoin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s